La CRG déclare « la guerre » au paludisme à Libreville et Owendo

La  Croix-Rouge Gabonaise, en partenariat avec  l’Union Européenne (UE),  a procédé le mardi 3 novembre à Libreville, au lancement  du projet  de lutte contre le paludisme dans le but d’améliorer l’état de santé des populations des quartiers sous intégrés de la capitale gabonaise et de la commune d’Owendo.
« L’utilisation des moustiquaires imprégnées et les opérations d’assainissement ont permis d’éradiquer le paludisme dans certains pays’’, a déclaré  le président de la Croix-Rouge Gabonaise, Dr Guy Patrick Obiang Ndong, appelant à l’implication de tous face à ce combat dans l’intérêt général.
Ce projet qui devra s’étendre partout à Libreville et Owendo a été lancé en présence de plusieurs personnalités dont le directeur du programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), Dr Safiou Abdou Razack .
Il vise notamment à améliorer l’état de santé des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans. Ces deux catégories sociales ont été ciblées du fait de leur très grande vulnérabilité face au paludisme, qui continue de tuer un enfant chaque minute  en Afrique, selon le représentant de la délégation de l’Union européenne, (UE) Diego Zurdo.

Selon lui, l’UE en soutenant ce projet entend contribuer à la dynamique de renforcement des connaissances, attitudes, pratiques (CAP) des populations en matière de lutte contre le paludisme.
La mise en œuvre de ce projet intègre les campagnes de sensibilisation sur les modes de transmission, les facteurs de risque du paludisme, l’utilisation des moustiquaires imprégnées à longue durée d’efficacité (MILDE), la prise en charge par la CNAMGS, l’appropriation par les populations des mesures d’hygiène et d’assainissement de leur environnement.
Prévu pour une durée de 3 ans, et initié dans le cadre d’appels à projet de l’UE, celui-ci a donné lieu à la signature d’un contrat de subvention de 311,567 de FCFA financé à 90% par l’UE, les 10% restants étant pris en charge par la Croix-Rouge Gabonaise, a précisé M. Diego Zurdo.
Pour sa part, Le 5e adjoint au maire de Libreville, chargé de la santé, Nicaise Sickout Iguendza, a invité les parties prenantes à une véritable mobilisation pour la réussite de cette initiative.
« En s’appropriant ce projet, les populations parviendront à entretenir leur environnement avec plus de responsabilité, gérer  leurs ordures ménagères », a déclaré l’autorité municipale, estimant que celui-ci va toucher les secteurs contribuant à l’amélioration des conditions de vies des populations telle que la santé.